2015/11/19 LPP Réserve naturelle du Bout-du-Lac à Doussard

CHRONIQUE D’UN « PAS PRESSE »…

(LPP) 2015.11.17 DOUSSARD LA RESERVE (lien photos)

Réserve naturelle du Bout-du-Lac à Doussard

 

Bien ensoleillé certes, ce début d’après-midi du jeudi 19 novembre rendait cependant perplexe votre « chroniqueur »… d’infortune !

« Allais-je jouer le jeu ? En l’occurrence, me laisser emmener comme çà, sans rechigner, par cette joyeuse bande déterminée ignorant l’objet (c’est ce que je pensais un peu trop naïvement…) de ma sombre destinée ? »

Car aujourd’hui, là-bas au bout du lac, se profile cette morose échéance à laquelle je ne pourrai échapper… : l’extinction de …ma quatre-vingt et unième année ! Hélas, que ne pourrai-je, ô utopie ! ces deux chiffres-là inverser, pour alors fêter de bien jeunes années…

Donc, retour impossible ! Mieux vaut donc y aller gaiement…

Notre imposant cortège des six voitures nécessaires pour cette équipée de 29 marcheurs, s’ébranle, direction « Le Crêt du Maure ». Ce récent giratoire dépassé, quel vide observons-nous avec cette plongée sur les Marquisats ! Mais que reste-t-il donc de ces immeubles de douze étages abritant auparavant l’ancien hôpital ? Un immense amas informe de décombres inertes, d’où émergent de ci, de là, je ne sais quels imposants engins de démolition… Impressionnant ! Et là, une pensée m’effleure : tous ces proches, pour beaucoup hélas aujourd’hui disparus, lesquels, à un moment de leur existence, ont dû séjourner en ces lieux afin d’y soigner qui, une sante déficiente, qui un traumatisme, séquelle d’accident…

Poursuivons plus gaiement notre trajet d’approche…

Avant Sévrier, droit vers le Sud, ne remarquez-vous pas cette silhouette qui se détache avec les premiers massifs des Bauges ? Imaginez celle qu’on appelle familièrement « La Belle Endormie » reposant paisiblement sur l’horizon. Et en ce moment précis, comme on me l’a fait remarquer ironiquement, un soupçon de nuage blanc paraît souligner son visage d’une blonde chevelure, se détachant de l’azur… D’autres qualificatifs qui m’échappent sont employés dans le langage local, pour décrire, selon l’imagination, cette curiosité « baujue ».

Aux abords de Saint-Jorioz, nous domine à présent de sa haute stature, exceptionnellement encore dans sa tenue d’été, l’altière Tournette, toujours aussi impressionnante et attirante. Hélas, son « fauteuil » sommital n’est plus à ma portée… Il me restera les photos…

Tout à notre vagabonde pensée, le temps a passé, et nous voici arrivés sur le parking réservé aux visiteurs du site de la Réserve Naturelle du Bout du Lac, but de notre sortie du jour.

Le franchissement de l’Ire (la colère…) au moyen de la passerelle suspendue, de construction récente, donne toujours lieu à de truculentes attitudes en utilisant ce type d’ouvrage. Cette petite rivière, d’une longueur de 13 km, arrive de Jarsy-en-Bauges (notre ami Louis l’a formellement reconnue !) alimente le lac après avoir traversé Doucy, Doussard, Chevaline (et sa combe…). Elle constitue, par ordre d’importance, le second apport en eau, pour ce réservoir bénit des dieux… Parcours boisé léger, par bon sentier, puis à l’orée face au lac qu’on découvre, on est fasciné par le somptueux décor qui se présente : ce joyau d’azur qu’entourent ces montagnes proches aux coloris d’un été non achevé, spectacle resplendissant d’autant plus qu’aujourd’hui l’atmosphère est d’une netteté idéale : la photo des lieux nous le prouvera…

Créée en 1974, la Réserve Nationale couvre une superficie de 84 ha, et se situe à l’altitude de 447 m. Forêt légère, marais entretenu, roselières, contribuent à faire de ces lieux, un site idéal de protection de la faune locale, notamment le castor dont on apercevra l’habitat un peu plus loin.

Délaissant l’espace/plage « Le Lac Bleu », petit retour vers l’est : on quitte le sentier d’aspect terreux, pour le large ponton de bois édifié au-dessus du marais, permettant de parcourir celui-ci pieds au sec, et d’aborder ainsi le site privilégié de la faune sans la déranger. Mais alors, ce large ponton embrassant ce somptueux décor, ne se prêterait-il pas à y pousser la chansonnette ? Chorale improvisée, titre de circonstance : voilà qu’un concert inhabituel va égayer un instant ces lieux paradisiaques… « Le Lac Bleu d’Annecy » (Musique de nos régions) au titre évocateur, sera donc sur le champ joyeusement interprété. Et nul ne doute que la faune dissimulée alentour, ne tende l’oreille…

Cet intermède musical terminé, apparait plus loin… ce qu’il reste de la Tour Beauvivier, massif vestige de l’époque médiévale. Aménagée en belvédère, son accès facile nous permet de dominer le paysage lacustre alentour. Avec l’embouchure de l’Eau Morte, nous pénétrons dans le domaine du castor ; tout au long du cours, on remarque les nombreux arbustes, certains de bonne taille, abattus au travers de la rivière par ces infatigables bûcherons. Pas très esthétique sa façon de déboiser… Bien sûr, à cette heure-là on n’aura pas le loisir d’apercevoir son museau fendre l’eau…

L’Eau Morte : faisant suite au ruisseau de Saint-Ruph, la rivière prend ce nom à la sortie de Faverges. Elle prend sa source plus haut dans les Bauges également, au col de l’Alpettaz, vers 1580 m. Longue de 17,6 km, de nombreux ruisseaux alimentent son cours : elle est le principal apport en eau du lac.

La suite du parcours pédestre se déroule en forêt, clairsemée, tout au long du cours sinueux. La marche est favorisée par l’implantation sur une grande longueur, de traverses de chemin de fer juxtaposées sur trois rangées, jusqu’à ce que la prairie succède au marais.

Concernant ce circuit du Bout du Lac, il est à noter la superbe signalétique mise en place tout au long de l’agréable parcours, riche d’enseignements tant sur l’historique, l’implantation des lieux, la flore, la faune… Un site à respecter absolument !

Avec le crépuscule, nous voilà revenus, enchantés, là où nous attendent nos véhicules.

Disposant d’un peu plus de temps, on aurait pu prolonger notre balade jusqu’au hameau typique de Verthier, pour une visite : ce sera pour une autre fois !

Pour l’heure, votre préposé à l’anniversaire du jour, va s’empresser de prolonger cette sympathique randonnée en offrant une modeste collation arrosée, dans une joyeuse ambiance.

Merci à vous tous pour votre bonne humeur, votre agréable adhésion.

Retour au bercail sans encombres, la circulation étant fluide, chacun gardant, ce que j’espère, une très bonne impression de cette agréable balade près de chez nous.

Prochaine sortie : mardi 08 décembre … de Loverchy à Châteauvieux, de Malaz à la Butte Saint-Martin ; découvrons, l’esprit curieux, Seynod par les petits chemins. Soyez nombreux à nous rejoindre pour un circuit découverte tout près de chez nous.

Programme de sortie du jeudi 17 décembre modifié comme suit : circuit du plan d’eau des Pérouses/ Rumilly.

Et auparavant, le mercredi 2 décembre, nous n’oublierons pas de nous retrouver joyeux autour d’une bonne table au « Relais des Lanches » à Montagny (http://www.relaisdeslanches.fr/).). Rendez-vous pour un départ à 12 h du parking habituel de Sous-Aléry, en covoiturage pour ceux d’entre vous qui le souhaitent.

A bientôt.

EP/vm

 

2015 CHRONIQUES

Ajouter un commentaire