2016.06.28 LLP Saint-François de Sales – le Revard

CHRONIQUE D’UN « PAS PRESSE »…

28/06/2016

Saint-François de Sales – le Revard

  (LPP) 2016.06.28 ST FRANCOIS LE REVARD (photos Viviane)

 (LPP) 2016.06.28 ST-FRANCOIS LE REVARD (photos Edmond)

 

Comme de coutume, la gent masculine ne représentait que le quart de l’effectif rassemblé sur le parking des Grèves pour un départ fixé à 9 h 30.

Quelques inscriptions de plus auraient permis de remplacer le covoiturage par le car, pour un trajet plus confortable…

Destination : les Bauges, toutefois hélas, sans nos « locaux de cœur » : ben oui, à Jarsy il est sans doute temps de semer les « fageous » (haricots) au « corti » (jardin)…

Direction Lescheraines pour cinq voitures, puis Saint-François de Sales où, un peu plus haut que le village de la Magne, le vaste parking de la station nous attend.

Sac au dos, chaussures adéquates, avec entrain le bruyant cortège désordonné rejoint le foyer de ski de fond.

Souvenirs… : cette station familiale fut celle, entre autres, qui vit les premiers exercices d’équilibriste sur des « planches » sans doute trop glissantes, pour ce débutant que fut alors votre « chroniqueur » emprunté d’aujourd’hui, il y a de cela bien longtemps déjà !

Et avec le temps qui a passé, revoir ces lieux dans un décor autre que la parure hivernale d’alors, ne facilite pas mon repérage…

Néanmoins, après quelques pas sur le large chemin forestier, et le passage près des premiers chalets aux toits recouverts de tôle ondulée, typiques de ces lieux, me souvient alors, que j’y glissais, mais en sens inverse. Mais alors, le départ de ce circuit de piste blanche, où était-il ?

Bien vite, on s’apercevra que nous ne sommes pas les seuls à fréquenter ce chemin semi-ombragé : à plusieurs reprises on croisera ces nombreux randonneurs venus la région grenobloise, avec sans doute, l’intention de comparer les Bauges à la Chartreuse.

De nombreuses fleurs champêtres égayent de leurs coloris variés les bas-côtés ; en cette période de l’année, la flore de montagne s’épanouit pour notre grand plaisir visuel. L’occasion d’enregistrer quelques clichés chatoyants… Tiens, bonjour Viviane ! Ravi de te voir nous rejoindre aujourd’hui avec ton « RICOH », l’occasion d’établir des comparaisons de décors de ce paysage alpestre avec ceux de Bretagne, dont tu nous as tout récemment régalés. Merci pour la profusion d’images inédites, d’autres sites somptueux.

Le soleil arrivant au zénith, bienvenu l’ombrage qu’offrent les grands arbres bordant notre parcours…

Tiens ! Arriverait-on chez les Indiens ? Ce village de huttes caractéristiques dressées là, parait insolite en ces lieux ! L’info publicitaire nous indique qu’ici, nous pouvons nous restaurer, y séjourner et dormir (pour ce qui est du calme, y a pas mieux !), si tel est notre souhait. C’est pour le moins original !

Un peu plus loin, arrivés aux chalets de Crolles, un beau panorama nous incite à faire là notre pause casse-croûte… Le sommet du Revard à notre gauche, face à nous la montagne de Banges, qu’on découvre sur sa façade sud, au loin la Tournette, et en prime, le Mont-Blanc enneigé se détachant dans l’azur du ciel sans nuages. Qui une place au soleil (de dos) dans la pente herbeuse, ou à l’ombre des arbres tout proches, suivant le goût de chacun : c’est dans ce vert décor reposant que les sacs vont être soulagés de leurs victuailles.

Et encore merci à notre dévouée pâtissière…

La sieste écourtée, après réflexion, il nous parut plus judicieux de repartir en sens inverse par le même chemin, la poursuite plus avant du circuit mal connu pouvant nous réserver de mauvaises surprises : temps ou difficultés de parcours ?

Arrivés au lieudit Peisse-Bernard, ce chemin qui part sur la gauche en direction de la « Croix des Bergers » qui scintille là-haut, est tentant. Bien qu’à découvert sous la chaleur du moment, une partie du groupe s’engage à gravir la verte colline. 1371 m sera donc le point culminant de notre rando : et de là, un superbe panorama à 360° s’offre à notre vue, récompense pour quelques efforts supplémentaires, vite oubliés.

Nos voitures rejointes peu après, quelques hésitations sur le trajet du retour privilégiant la direction du village d’Arith, feront l’objet de joyeuses réparties…

La journée fut belle, la balade agréable…

Rendez-vous à la prochaine, dans les Aravis !

Notre souhait : de nombreuses inscriptions lundi 12 juillet, à 10 h au siège.

EP/vm

2016 CHRONIQUES

Ajouter un commentaire