2016.12.07 LPP La Pomme - Boussy

CHRONIQUE D’UN « PAS PRESSE »

Mardi 29 novembre 2016

Détente à Montagny-les-Lanches

 

Rimg92770

 

 

Mercredi 07 décembre 2016

Sentier de la Pomme à Boussy

 

Rimg9364 001

 

Sans doute, les nombreux virages de la sinueuse route accidentée des Creuses parcourue le 16 novembre, n’avaient-ils pas trop rebuté nos randonneurs, car le même trajet d’approche était proposé en ce 07 décembre, sauf que, cette fois-ci on s’arrêtera avant Rumilly.

Repoussée au mercredi pour cause de « Saint-André » (ah les « en-foirés » !), cette disposition n’empêcha pas la bonne vingtaine de marcheurs de se présenter au départ fixé à 13 h.

Mais auparavant il me paraît opportun de revenir sur cet intermède que représentait cette journée du mardi 29 novembre où l’on devait « marquer » notre fin de saison de randos ( !)

Donc point besoin de bâtons pour effectuer cette joyeuse sortie à Montagny-les-Lanches. Le plaisir se lisait sur les visages des heureux présents au départ du lieu de covoiturage, impatients de rejoindre les collègues qui avaient opté de se rendre directement au « Relais des Lanches ».

Un ciel plutôt couvert et une température proche de zéro ne laissaient que peu de regrets à devoir rester « enfermé » pour cette seconde partie de journée. Puis, progressivement le soleil, apportant sa lumière vivifiante, et la qualité de l’accueil, aidant en ces lieux gastronomiques, feront qu’une ambiance de circonstance régnera bien vite.

Un désistement regrettable de dernière minute empêcha que le nombre de quarante convives inscrits pût être atteint.

Cependant réjouissons-nous de ce chiffre proche de celui de l’année passée, en ces mêmes lieux, compte tenu des circonstances particulières en ces saisons 2015-2016.

En effet, suite à la scission subie, d’évidentes répercussions influèrent sur l’effectif de la section. De nouvelles adhésions tendaient à compenser l’effet de la préférence, certes de libre-choix, de certains anciens pour l’engagement auprès de l’association parallèle aux objectifs similaires, celle-ci présentant sans doute d’autres attraits… Cependant il faut du temps pour effacer, outre leur départ, ce sentiment d’amertume que provoque l’absence soudaine de sympathiques visages familiers…

Cette constatation faite, notre clôture de saison se déroulait de la meilleure des façons. Après un petit geste de reconnaissance à l’adresse de notre dévouée secrétaire, un savoureux menu devait être apprécié. Le « coup de génépi » aidant sans doute, des animations « maison » se succédaient alors sur le petit podium : chansons reprises en chœur, histoires succulentes dont notre artiste locale, connue plutôt pour ses tableaux colorés, eut ainsi l’occasion de nous gratifier, nous faisant ainsi découvrir ses autres talents, la joyeuse assemblée étant alors sous le charme. C’est dans la bonne humeur que prend fin, donc, cette journée de détente, à la satisfaction de tous, semble-t-il.

Retour sur notre équipée de ce mercredi 07 décembre. Après un point route à Provonges, la D31 nous conduit au vaste parking jouxtant la salle des fêtes de Boussy, située en bordure du Chéran. Peu avant on ignorera le lieudit des Iles, là où, alors adolescents, une passerelle suspendue, privée, à l’aspect plutôt frêle, nous permettait de franchir, non sans une certaine appréhension la rivière, au débit parfois conséquent, suivant la saison : toujours une aventure ! Supprimée depuis longtemps déjà, principalement pour cause d’insécurité, de maintenance aussi, il est question actuellement d’en construire une nouvelle, le Conseil départemental ayant donné son aval. Sera-t-elle édifiée sur le même emplacement ? Elle permettrait en tout cas aux piétons de relier Boussy à la base de loisirs des Pérouses, en face, très attrayante.

Sur cet espace subsiste le moulin privé des Iles. Il pourrait éventuellement agrémenter une future sortie des Pas Pressés, sous l’égide de notre amie Viviane, adhérente à l’Association des Amis des Moulins Savoyards.

Nous voici donc parés pour entreprendre ce circuit pédestre décrit comme étant « très facile », d’une durée de 2 h ½ ( ! ) Il fait frais, et un timide soleil a du mal à dissiper la brume qui s’étale sur la rivière, qu’épaissit la couche de pollution de particules présente depuis plusieurs jours, et qui stagne par l’absence de vent.

Qu’à cela ne tienne, joyeusement les marcheurs entrent en forêt légère longeant le Chéran, vers le Sud. Au-delà de la rive opposée est implantée la base de loisirs qui nous accueillait pour le « barbecue » de mai dernier. Première grimpette, et nous voici en lisière de bois, sur un bon sentier en prairie, nous éloignant progressivement vers l’Est, le clocher de Saint-Sylvestre en ligne de mire.

La traversée du coquet petit hameau de Lupigny nous permet d’y découvrir sa « maison forte », attenante à une « maison d’hôtes ». Un peu plus loin, au-delà de la route qui mène à Saint-Sylvestre, tout proche, l’ascension des contreforts vers Marcellaz-Albanais, fatigue quelque peu nos vaillants marcheurs, mais à présent les chauds rayons du soleil d’automne dans un ciel dégagé, influent bénéfiquement sur le « moral des troupes » tout en réchauffant les muscles sollicités.

Tiens ! Encore des vaches sans cornes ! Décidément elle est bien défigurée notre belle campagne !

Un épais tapis de feuilles mortes recouvre par endroits le bon chemin bien balisé : une pomme peinte sur sa plaquette de bois, fléchée, nous indique la direction à suivre tout au long de la boucle.

Le chef-lieu de Boussy est laissé sur notre droite, de même que le hameau de Marlioz, sur la D 31.

La poursuite du sentier en prairie, en direction du Chéran, pour boucler le circuit va, malheureusement nous faire désagréablement humer bien malgré nous, des effluves odorantes très éloignées de ce pourrait être la diffusion d’un flacon avec l’estampille Paco Rabanne, comme le disait l’une d’entre nous, ou Fragonard…

Mais que voulez-vous : avant l’odeur de la prairie fleurie…

La portion de sentier du départ retrouvé, il faut hâter le pas car le soleil nous ayant quittés, le jour va vite décliner.

Voitures en vue : ouf ! La balade aura duré trois heures, et pas loin de dix kilomètres auront été parcourus ! Il est temps d’arriver.

Et heureusement nous attend la dégustation d’un superbe « gâteau de Savoie » et aussi de succulentes « Roses des sables » enrobées de chocolat, le tout de fabrication « maison ». Compliment et merci à nos talentueux et généreux pâtissiers-confiseur du jour.

Le cercle d’amitié apprécié va, à regret, laisser place à la dislocation, chacun retrouvant son véhicule. On gardera une nouvelle fois le souvenir d’une agréable balade automnale, dans la campagne albanaise.

A bientôt,

EP/vm

2016 CHRONIQUES

Ajouter un commentaire