2017.03.21 LPP Les Espanoux Croix de Chuguet

CHRONIQUE D’UN « PAS PRESSE »…

21/03/2017

Les Espagnoux – Croix de Chuguet

Photos Viviane (LPP) 2017.03.21 LES ESPAGNOUX

 

Rimg9557

… Si, si : j’ai encore trouvé de quoi… lasser les lecteurs curieux.

Vingt-six partants, dont sept hommes (… les pauvres !) au parking du gymnase de Sous-Aléry, rue Georges Brassens, pour un départ prévu à 13 heures, en covoiturage. Le rassemblement en ce lieu a été préféré, le parking des Grèves étant à présent souvent saturé.

Météo favorable, bien que le ciel restera couvert, température agréable pour la marche.

Point de chute : parking-relais de Colmyr, peu avant les Marquisats. Lente mise en jambes par le Chemin de la Puya, en réalité route asphaltée très pentue. Laissons sur notre droite la vieille chapelle de Colmyr, désaffectée, et le hameau du même nom.

A mi-pente préférons le bon sentier balisé, parallèle, en forêt clairsemée, et bien vite nous atteignons la vaste plateforme plane aménagée en parcours gymnique, et cyclo tout-terrain.

Traversée du boulevard de la Corniche, lequel porte plutôt mal son nom vu son étroitesse et sa sinuosité, ancienne voie qui mène du Crêt du Maure à Sévrier.

Coquet petit hameau que ce site-terrasse des Espagnoux offrant un magnifique belvédère sur le lac et ses montagnes de la rive Est. Des maisons de caractère rénovées avec goût nous font envier leurs occupants, qui jouissent d’une situation rêvée. Admirons au passage cette superbe rocaille aménagée à même la roche, de même que des potagers fleuris. Une courte halte admirative s’impose en sortie de village, puis, lentement empruntons le sentier de la Crête, rocailleux, à forte déclinaison ascendante dans sa partie inférieure. Plus haut sur le replat, en clairière, le bon chemin forestier nous permet de « souffler ». A l’intersection avec le sentier de la Grande Jeanne se pose une question : il avait été prévu initialement de rejoindre le circuit du Périmètre par cette voie. Il est encore tôt en ce début d’après-midi, une météo favorable permet une marche agréable ! Donc laissons-nous tenter par ce détour qui mène au site de la croix de Chuguet… Un peu plus loin, mais… aussi plus haut ! Et bientôt, du peloton étiré, haletant, s’élèvent des soupirs, des gémissements, devant l’effort à fournir !

La croix de Chuguet a été restaurée en 1996 par l’Association des Amis du Terroir, de Sévrier.

Après moulte jérémiades, la cote 680 m ( !) est enfin atteinte. Et arrivés là, la récompense : sur le promontoire rocheux aménagé où trône l’imposante croix à l’éclat métallique, on reste ébahi devant le superbe panorama qui s’offre à notre vue. Au-delà de la rive droite du lac, faisant suite au Parmelan : le Mont-Baron, le col de Bluffy, le massif des Dents de Lanfon et Lanfonnet, puis l’imposante Tournette encore dans sa parure hivernale. Mais qu’est-ce que je raconte là ? Tout cela nous est familier : on connaît ! Oui mais le décor n’est pas figé et chaque saison nous donne l’occasion de s’émerveiller devant une nature à l’aspect sans cesse renouvelé, ce dont on ne se lasse pas !

Rimg9528 pano

Donc après en avoir « pris plein la vue », il faut encore franchir ce court raidillon vers le sud, mais ce sera le dernier. Et nous voilà, changeant de direction, sur le Chemin de la Mage, lequel rejoint le circuit du Périmètre un peu plus bas. Large chemin forestier en douce déclivité descendante, voilà qui va redonner le moral aux troupes ! Et ça s’entend… Laissons bientôt sur notre droite cette fois-ci le sentier du Bois Brûlé, puis celui de la Grande Jeanne qui bifurque sur Sévrier.

En cette vaste forêt du Crêt du Maure, il faut redoubler d’attention pour suivre l’excellent balisage actuel, car nombreux sont les sentiers de traverse qui, les empruntant par mégarde, auraient pour effet néfaste de rallonger le trajet, ou le rendre plus pénible et incertain.

Voici que le site du Super-Panorama apparaît : ce restaurant d’altitude a été rebaptisé récemment « Les Terrasses du Lac », en regard de sa position privilégiée, suite sans doute à un changement de propriétaire, je présume. On longe ensuite, après avoir dépassé le parc animalier où l’on attise la curiosité des mouflons, leur petite tête encadrée par leurs imposantes cornes enroulées en spirale, la Route du Semnoz.

A nouveau, brève descente en forêt aérée, et nous voici arrivés à l’embranchement du Boulevard de la Corniche, retrouvé.

Coup d’œil en passant, sur l’Hôtel des Trésums, l’un des fleurons de l’hôtellerie locale, puis le sentier à gauche nous ramène à l’espace du parcours gymnique.

Petit regret : une petite halte eut été judicieuse pour découvrir, tout près, la nouvelle usine de traitement des eaux de l’agglomération annécienne, succédant à celle de la Puya située au bord du lac ; elle a été inaugurée le 13 mars 2009.

Puis le parking Colmyr nous accueille, au grand soulagement général. Détente au bord du lac où le goûter sera apprécié !

Nous aurons marché trois heures durant, à petits pas certes, avec une dénivelée positive toutefois inférieure à 300 m. Bravo à tous.

La balade panoramique fut certes pénible au gré de certains, mais on aura la satisfaction d’avoir découvert un bel itinéraire tout près de chez nous : oublions nos efforts, notre fatigue, pour garder en souvenir ces beaux clichés, appréciant cette chance que nous avons d’habiter en notre magnifique région.

La prochaine balade sera sans doute moins pénible, mais aussi moins magique.

EP/vm

 

2017 CHRONIQUES

Ajouter un commentaire