2017.05.05 LPP Cessens/Sapenay

CHRONIQUE D’UN « PAS PRESSE »…

Sortie du vendredi 05 mai 2017

Cessens Sapenay

(Photos Edmond) (LPP) 2017.05.05 CESSENS SAPENAY

 

  • Pas de chance pour cette sortie avortée du mardi 25 avril ! Toutefois consolons-nous du fait que la mauvaise météo annoncée s’avérait exacte… Hélas ! Et l’averse soudaine aura au moins eu cet avantage ( !) : nos téméraires aventuriers du jour, bravant l’adversité, aurons pu prendre connaissance de l’accès au lieu de départ de la boucle projetée, de Balmont…, réservée alors pour une autre fois !

Et pour ceux d’entre-nous qui entretenaient l’espoir (en vain) que pareil déluge s’arrête vite, l’invitation à une pause-café réconfortante chez notre « artiste » locale était fort bienvenue et appréciée une fois de plus. Merci Mado.

 

  • Pas plus de chance le mardi suivant 02 mai ! Mais cette fois-ci, plus de doute possible sur l’évolution du temps : ce matin c’était la neige qui tombait… et le ciel restera obstinément bas et ruisselant ! Ca, c’est encore un coup monté par la lune, et rousse en plus, parait-il ! Si, si, les pommes de terre de certains jardiniers précoces l’ont vu !

    Bon, de la pluie il en fallait, et le jardin en réclamait en quantité, et pas seulement : des recommandations officielles contre cette pénurie précoce s’imposaient. Bien, mais cette ondée persistante, si bienfaitrice fut-elle, deux mardis de suite ; faut pas pousser !

    Et aussi bien, pourquoi ne tomberait-elle pas seulement la nuit, nous laissant toute liberté d’assurer notre planning, sans contrainte ? Bien sûr, je plaisante… et il nous faut bien composer avec ces intempéries ! Donc, remédions au fait que deux sorties d’affilée n’ont pu s’effectuer !

     

  • Et pourquoi, alors que ce prochain vendredi 05 mai, la météo s’annonçant optimiste, ne pas envisager une randonnée commune avec nos amis des sections 2 et 3 ?

    Solution adoptée : onze marcheurs « pas pressés » adhérent à cette idée, sans toutefois vouloir contraindre leurs vaillants collègues à ralentir leur rythme de progression, ça va de soi !

    Avantage du jour : en heureuse conséquence, un car peut alors s’envisager ? Solution à préférer, comme chacun sait.

Rendez-vous à 8 h 30 au parking des Grèves (dommage !) avec « Francony », destination Cessens, pour un point de départ situé au village-même, le tour de la Montagne de Cessens comme objectif.

C’est parti, chacun équipé pour la journée. Alors que pour rejoindre la chapelle Notre-Dame de la Salette, notre section opte pour une mise en jambe douce par la route asphaltée en lacets serrés, nos camarades attaquent d’emblée par le sentier pierreux pentu, ce qui fait que bien vite leurs sacs à dos ne nous serviront plus de repères : on ne les reverra qu’au terme de leur équipée ! Seul l’ami Marcel, toujours aussi farceur, a décidé d’adopter le rythme « pas pressé », sa compagnie étant toujours aussi appréciée.

Brouillard froid persistant tout au long de cette première partie de parcours, sur un bon chemin forestier sans difficulté ; la température plutôt basse nous incite à ne pas trop ralentir notre progression.

Après quelques timides tentatives, le soleil se résout à apparaître en continu, comme prévu, avant le contournement du massif par le nord.

Auparavant, tout au long du chemin, on a pu constater les dégâts provoqués par la pyrale du buis la saison passée : nombre de ces arbustes désormais dépouillés de leurs vertes feuilles persistantes, ne survivront pas ! C’est là une cause, entre autres, du réchauffement climatique !

Nous voici arrivés au col du Sapenay, altitude 897 m. Ici on rejoint la route asphaltée qui arrive de Chindrieux, laquelle on suivra sur quelques centaines de mètres, direction Sud, sans dénivellée. On découvre le vaste plateau herbeux vallonné, bordé et parsemé de haies et bosquets. Là le vent se fait sentir.

Puis apparaît sur notre droite, le superbe belvédère sur la Chautagne. Surplombant le lac du Bourget en son extrémité Nord, le site est équipé d’un plan d’envol pour deltaplanes, parapentes. Impressionnant de se jeter dans le vide du haut de cette barre rocheuse !

Quel lieu paradisiaque pour notre pause casse-croûte, dans ces conditions idéales. Quelques clichés emmagasinés dans la boîte à souvenirs : à nos pieds, le lac, Châtillon, Chindrieux, le départ du canal de Savière ; la plane Chautagne et sa peupleraie la plus grande d’Europe ; au loin le Rhône, Culoz et le Grand Colombier qui culmine à 1 525 m, au fond les monts du Jura. Plus au sud, la montagne du Chat, l’abbaye de Hautecombe…

Repus, le regard jamais lassé, il nous faut bien quitter, à regret, ce site enchanteur. Après quelques foulées sur la route asphaltée, ascension un peu ardue de la prairie pentue pour rejoindre, en haut, le bon chemin, ignoré en matinée, sur notre gauche. Suivons-le direction sud, sur ce vaste plateau herbeux, bénéficiant de beaux points de vue sur la Chambotte, le lac, le Chat, et au fond, la chaîne enneigée de Belledonne.

Puis à nouveau en forêt, et nous laissant séduire par le balisage, petit crochet accidenté pour accéder au point culminant de la rando, à 986 m, dénommé belvédère, un peu décevant, certes.

Poursuivant vers l’est, voici qu’on retrouve notre itinéraire du matin. Petite pause près de la chapelle retrouvée, et du belvédère de l’Albanais, avec sa Table d’orientation.

Le sentier pierreux en forte déclivité descendante nous ramène vite au village de Cessens, des vaches paissant là nous jetant un regard curieux. Ici nous attend notre car.

Ce coquet chef-lieu attire notre attention par ses bâtiments publics bien restaurés et mis en valeur : le four banal à pain avec sa charpente massive en bois, le clocher avec sa haute flèche effilée zinguée, la mairie, sobre, l’école harmonieusement teintée… Petite déception : plus de débit de boisson ici ; contentons-nous de la fraîche eau de la proche fontaine.

A leur retour, nos amis, fourbus, auront parcouru une distance d’environ vingt kilomètres en accédant au Mont Clergeon, soit le double de la nôtre : bravo ! A fatigue similaire, notre performance nettement moindre justifie sans doute la dénomination adoptée par notre section, en toute logique, et sans complexe.

Et alors pourquoi ne pas renouveler ce genre de sortie commune, souhait ainsi formulé par l’ami Michel dans son intervention au micro.

Sur un plateau d’altitude, à la belle saison : choix d’une boucle d’une distance inférieure à dix kilomètres, pour une dénivellée ne dépassant pas 300 m, tandis que les collègues aguerris gravissent les sommets alentour ! Mais il me semble que je n’invente rien, le problème étant de coordonner l’action, et je suis conscient que cela n’est pas facile.

Merci à tous pour cette journée.

P. S. C’est toujours avec tristesse que nous apprenons la disparition d’une camarade… La Kiki a brutalement quitté cette vie où un destin sournois ne l’a pas ménagée. Paix à son âme : il nous reste des souvenirs…

EP/vm

2017 CHRONIQUES

Ajouter un commentaire