2017.09.26 LPP Motz Seyssel Base de Loisirs

CHRONIQUE D’UN « PAS PRESSE »…

Sortie du 26 septembre 2017

Motz Seyssel Base de loisirs

Photos Edmond (LPP) 2017.09.26 MOTZ SEYSSEL

 

Ambiance automnale en cette matinée de mardi 26 septembre mais il ne fait pas froid.

Dix-neuf marcheurs présents pour un départ à 9 h de Sous-Aléry, répartis en quatre véhicules.

Objectif : le pays de Seyssel. Itinéraire par les Creuses, Marcellaz-Albanais, Val de Fier. Au passage, dans ce défilé étroit et encaissé, le regard est capté par la réalisation des importants travaux de sécurisation tout au long des imposantes falaises, jusqu’à la sortie du second tunnel. En sortie, dans la gorge profonde du Fier, au lieudit La Boucle Nord, a été édifié un complexe hydroélectrique. Le barrage - poids d’une hauteur de 53 m, a une longueur de couronnement de 38 m. Actionnant quatre turbines, il est opérationnel dès 1920. En 1924 est ajoutée une cinquième turbine. La Société Hydroélectrique de Lyon exploite la centrale jusqu’en 1934, date de sa fusion avec « L’Energie Industrielle ». En 1946, E.D.F. prend le relai. Elle cessa de fonctionner en août 1987 et sera démolie au profit d’une nouvelle réalisation moderne mise en service en 1988.

Franchissons le pont sur le Fier par la D 991 arrivant de Chautagne, et la base de loisirs de Motz – Châteaufort se présente de suite à droite, nous offrant son vaste parking. Trajet parcouru : 33 km. A cette cote de 235 m, nous sommes ici sur la partie la plus basse du département de la Haute-Savoie.

Et donc nouvelle traversée du pont, à rebours, à pied cette fois-ci, pour les randonneurs, lesquels, d’un pas décidé vont rejoindre, non loin de là, direction nord-est, le GR 65, chemin de Saint-Jacques de Compostelle.

Le chemin caillouteux, pentu du départ, va mettre à l’épreuve les vieux organismes partis à l’assaut du plateau supérieur. Bien vite la cote 338 m sera atteinte, et un premier point panoramique nous permet de « souffler » ! Le brouillard bas clairsemé stagnant au départ va progressivement s’estomper, et l’on va profiter de la vue sur le Rhône qui s’étale au pied du Grand Colombier. Nous voici au pied de la Montagne des Princes.

Vers le Sud, au-delà de la trouée du Val de Fier, que l’on surplombe, le Gros Foug domine le plateau de Motz où Châteaufort fait face aux ruines du château de Vens, ici. La balade devient facile et agréable avec la traversée de Vens, village dépendant de Seyssel.

Puis Vens-d’en-Haut atteint, le bon sentier en contrebas du GR nous permet de cheminer sans difficulté au travers du vignoble où l’on peut saliver devant ces belles grappes bien fournies d’un raisin sur le point d’être vendangé. Nous sommes ici sur le territoire du D.V.H. : Domaine du Vens-le-Haut, où on élève des vins A.O.C. La culture de la vigne y est très ancienne car une sélection de plants résistant au climat local a été introduite par les Romains il y a plus de 2000 ans. Principaux cépages : Molette, Altesse Roussette, Mondeuse.

La cote 440 m sera notre point culminant du jour ; l’heure trop avancée déjà ne nous permettrait pas d’atteindre Seyssel : et notre garde-manger est resté au parking… Empruntons donc le sentier balisé qui redescend vers le Rhône, en variante du GR 65, par les Molasses, la Rochette. Au passage, clin d’œil admiratif devant quelques coquettes résidences idéalement situées.

Puis la D 991 traversée, c’est la tranquille véloroute le long du fleuve qui nous ramène aux voitures.

Sous l’accrobranche, dans l’espace pique-nique du Fier nous attend la vaste table opportunément disposée là, autour de laquelle tout le monde va trouver place. Et là, quelle idée géniale a eu notre amie Mathé d’avoir… 20 ans aujourd’hui ! Bigre quatre fois, mais qu’à cela ne tienne… Et alors un rafraichissant et succulent petit crément : que c’est bon pour l’ambiance ! Merci et … bon appétit ! Puis les pâtisseries furent, comme d’habitude appréciées… Merci aussi Anne-Marie.

Bref briefing pour savoir où et quand pourrait s’effectuer notre traditionnel casse-croûte de fin de saison. Un avis général parait se porter sur le « Belvédère de la Chambotte », site panoramique s’il en est. Donc idée à « creuser ».

Et nous voilà tous repartis pour un tour… de la base de loisirs cette fois-ci. Fort agréable parcours que ce sentier plan agrémenté de dix bornes descriptives ornithologiques, longeant d’abord le Fier. Puis apparait le splendide miroir lumineux que forme le plan d’eau ensoleillé où se reflètent l’azur du ciel et la verte végétation alentour. Halte au point de confluence de la rivière avec le Rhône : profitons du point panoramique aménagé, le pont suspendu de Seyssel en toile de fond. Un « bataillon » de cygnes blancs flânent et paraissent de même apprécier le calme de ce lieu paradisiaque. Longeant le fleuve plein Sud, ce sont les vastes roselières près desquelles s’ébattent de nombreux oiseaux palmés, qui retiennent notre attention. Depuis les colossaux travaux d’aménagement du Rhône en aval de Seyssel, cette partie est devenue un vaste plan d’eau s’apparentant à un lac ; son débit est ralenti et les alluvions qui se déposent sont ainsi à l’origine des vasières et roselières. Ce site fait partie à présent du réseau Natura 2000. Rappel : ce réseau rassemble les sites naturels, ou semi-naturels de l’Union Européenne ayant une grande valeur patrimoniale par la faune et la flore exceptionnelles qu’elles contiennent.

Bref coup d’œil à gauche, sur l’anneau de vitesse cycliste de 250 m homologué FFC. Il est doublé, par l’extérieur, d’une piste cyclable asphaltée de 2050 m, réservée à la pratique du roller, entraînement et compétition. A l’origine de ce complexe sportif, l’entreprise SALOMON qui, à l’époque implantée à Rumilly, sert à usage d’essai pour l’élaboration de son matériel fabriqué : rollers, …

Plus loin, sur un promontoire ; discrètement camouflé par une végétation appropriée, l’observatoire des oiseaux migrateurs, géré par la ligue de Protection des Oiseaux (L. P. O.). Un peu avant, c’est sur la berge du fleuve qu’on trouve ce tel équipement au ras de l’eau.

Arrivés au terme du sentier ornithologique de 2,5 km, du temps nous reste pour prolonger la balade, et découvrir le barrage de Chautagne.

Mis en serve en 1980, cet ouvrage-masse permet une hauteur de chute de 17 m. Il a été édifié par la C. N. R. (Compagnie Nationale du Rhône) et se situe sur la commune de Motz. Il mesure 81 m de long et sert de pont routier également, permettant le franchissement du cours du fleuve d’origine.

L’usine hydroélectrique se trouve à 5 km en aval, sur la commune d’Anglefort (Ain) et sert, de même, de pont routier au-dessus du canal de dérivation du fleuve, à droite de celui-ci.

Brève incursion pour nous de l’autre côté du barrage, puis après une courte pause, retour sur nos pas par le GR 65, passant devant « le Nymphée », restaurant fermé hors saison d’été.

Et voici donc notre circuit bouclé après avoir arpenté cette base de 31 ha. Dénivellée de la balade : 205 m pour une distance d’environ 10 km, parcourus dans d’excellentes conditions. Bravo les L.P.P.

A la prochaine.

EP/vm

Rimg2954 pano motz

2017 CHRONIQUES

Ajouter un commentaire