2017.10.11 LPP La Croix du Nivolet

CHRONIQUE D’UN « PAS PRESSE »…

Sortie du mercredi 11 octobre 2017

La Croix du Nivolet

Photos Edmond (LPP) 2017.10.11 LE NIVOLET

 

Parfait cette fin de nuit lumineuse : tandis que bleuit l’aurore, Vénus scintille au-dessus du Parmelan et une moitié de lune stationne sur ma tête. De bon augure tout ça, alors que j’arrive de la boulangerie : ok, je vais pouvoir préparer le sac à dos !

Et l’on ne sera pas déçu par la suite pour cette journée radieuse qui demeurera chaude et sans nuages.

9 h, parking de Sous-Aléry : quatre véhicules s’apprêtent à transporter les marcheurs du jour, moral au beau fixe, pour cette randonnée panoramique dans les Bauges : Lescheraines, le Noyer, col de Plimpalais… Tandis que la montagne revêt ses chatoyants coloris de saison, vers 1 300 m les premières gelées blanches apparaissent.

La Féclaz (prononçons Fécla ou aussi Fécle) : en langage local ce mot désigne une faille, une brèche… Ce hameau de la commune des Déserts se situe entre le Mont Revard, au nord, et le Nivolet qui surplombe la cluse de Chambéry. D’une altitude variant de 1 320 m à 1 525 m, c’est principalement une station de sports d’hiver, notamment pour la pratique du ski nordique, faisant partie du domaine skiable Savoie Grand Revard, qu’on surnomme aussi « petit Canada ».

Bifurquons vers l’Ouest, la route asphaltée nous amenant au situe du Sire, altitude : 1 400 m, là un parking nous attend au pied du téléski du même nom. De là c’est l’itinéraire conseillé emprunté le plus fréquemment, car le plus accessible à tous pour parvenir à la Croix du Nivolet, but de notre randonnée du jour.

Il fait plutôt frisquet à cette altitude et mes gants seront les bienvenus pour prévenir les effets désagréables du syndrome de Raynaud auquel il m’arrive souvent d’être sujet. Profitons déjà du superbe panorama qui s’offre à nous dès le départ, vers l’Ouest : le Mont du Chat, le lac du Bourget,… chemin carrossable un peu pentu au début jusqu’aux chalets de Sire, d’où peu avant, se détache là-bas vers le Sud, dans l’azur du ciel, l’imposante croix argentée trônant au-dessus de la falaise.

Nous voici sur le mont du Nivolet : longeons sa crête versant Est, en forêt clairsemée, par un sentier pierreux, accidenté de type « montagnes russes » soit pratiquement sans dénivellée. De temps à autres, par des trouées dans le bois, de magnifiques belvédères nous permettent de découvrir les sites dominant l’agglomération de Chambéry par delà les falaises vertigineuses. Très agréable cheminement mi-ensoleillé au travers de la hêtraie, par une température idéale permettant une progression relativement aisée.

Au bout d’une heure de marche se présente le raidillon terminal donnant accès à la croix monumentale métallique. Spectacle saisissant que la découverte de ce promontoire panoramique que ceinture une solide clôture de sécurité, interdisant tout faux-pas au-delà de l’abrupte falaise. Dans notre dos, vers l’Est, au-delà du roc de Margériaz, tout proche, se profile la chaîne des Aravis, la Tournette, laquelle aujourd’hui porte bien son nom, puis vers le Sud, les Bauges, la chaîne de Belledonne, le Mont Granier et le massif de Chartreuse. Au-delà de Chambéry qui s’étale à nos pieds, l’Epine, le Chat, le lac dans son intégralité, le Grand Colombier devant les monts du Jura…, l’ensemble dans une netteté d’atmosphère rare. Au dessous de nous, au bas des vertigineuses falaises, l’immense forêt nous offre ses lumineuses teintes d’automne : un ravissement sous ce généreux ensoleillement. Ainsi, quelle terrasse de choix pour un joyeux casse-croûte à 1547 m, en absence de vent.

La Croix du Nivolet : un peu d’historique ; en compensation de la démolition de la chapelle des Pénitents Noirs, avec son calvaire et sa croix, il est décidé d’implanter en ces lieux cette œuvre monumentale, visible de la ville. L’autorisation de construire est délivrée le 31 juillet 1861 par le préfet Hyppolyte DIEU ( !) Une souscription est ouverte, dont le comte Louis de Fernex de Montgex est le principal mécène. Inaugurée en cette même année, elle est alors constituée d’une charpente métallique recouverte de fer blanc (zinc).

En 1909, sous l’effet d’un violent ouragan, elle est irrémédiablement pliée ! Sa nouvelle structure sera alors en béton armé recouvert de plaques d’aluminium. Avec un ancrage de cinq mètres dans le sol, elle présente une hauteur de 21,5 m, une envergure de 9,6 m. Sa circonférence est de 2 m, pour un poids de 70 T. Elle sera inaugurée le 2 juillet 1911 en présence de 4000 personnes.

Inauguration de l’illumination en juillet 1960 pour le centenaire du rattachement de la Savoie à la France. Une nouvelle installation d’éclairage sera réalisée par E.D.F. en 1989, en prélude aux J.O. d’Albertville de 1992.

14 heures : c’est en gardant le souvenir d’un spectacle naturel enivrant qu’il nous faut penser à rebrousser chemin. A la cote 1511 m, le groupe va se scinder en deux. Tandis que les plus aguerris d’entre nous poursuivront sur le sentier de la Crête, trajet inverse à l’aller, les autres, sentant déjà la fatigue, s’engagent sur la droite en forêt de Charvette pour rejoindre directement la Féclaz, via les chalets de Glaise. En fait, le sentier en forêt en pente descendante quasi régulière, s’avérera malaisé et glissant à cause de l’amoncellement des feuilles mortes récemment tombées, dissimilant ainsi les parties rocailleuses. Le pied mal assuré, la progression sera lente et pénible. Mais remarquons au passage la lumineuse futaie de hêtres présentant leur écorce gris-blanc au rayonnement du généreux soleil.

A l’arrivée, à la cote 1288 m, ce sera finalement une dénivellée négative de 260 m qu’il nous aura fallu péniblement parcourir, mettant à contribution certains organismes éprouvés.

C’est alors avec soulagement qu’on verra nos voitures venir à notre rencontre. Et belle compensation avec la savoureuse dégustation toujours appréciée, de la pâtisserie d’Anne-Marie « Cake », euh … !

Bien que fatigués, nous garderons certainement un très bon souvenir de cette journée radieuse en altitude, dame météo nous ayant permis cette escapade en Savoie, dans des conditions plutôt exceptionnelles pour la saison. Merci à tous, et à la prochaine dans une semaine.

EP/vm

2017 CHRONIQUES

Ajouter un commentaire